L'aide-mémoire de Souviens-toi
des déportés et de la déportation
bandeau de Souviens-toi de la déportation
Les déportés politiques, des prisons françaises aux camps de concentration
Rechercher

Olga Bancic 1912-1944 (photo)
Femme juive immigrée roumaine arrivée en France en 1936, elle s'engage dans les FTP/MOI de la région parisienne dirigés par Misak Manouchian.
Pierrette, car tel est son nom de combattante, est arrêtée en novembre 1943 et condamnée à mort le 21 février 1944 avec vingt-deux de ses camarades, ceux de la tristement célèbre "Affiche rouge".
Ces camarades sont fusillés au Mont-Valérien le jour même. Une loi française interdisant de fusiller les femmes, elle est déportée en Allemagne à la prison de Stuttgart. Le 10 mai 1944 (date de son anniversaire), la peine est exécutée. Elle est décapitée à la hache.

Blocks
Il y avait 68 blocks au camp d'Oranienburg - Sachsenhausen disposés en rayon autour de la place d'appel. Ce sont des baraques posées sur un socle en béton. Elles comprennent deux côtés symétriques. Au centre de chacun des côtés se trouvent les toilettes et lavabos communs avec de part et d'autre un réfectoire et un dortoir où chaque châlit étagé sur trois niveaux reçoit deux ou trois détenus. Il y avait 120 à 140 détenus dans ces blocks. Il y en aura jusqu'à 800 en octobre 1944. (carte)

Georges Bonnet 1889 - 1972 Ministre des affaires étrangères d'avril 1938 à septembre 1939 - Plus d'info sur 1939-45.org

Brigades Internationales
En février 1936 le Front Populaire espagnol sort victorieux des élections. En juillet 1936 des officiers espagnols se soulèvent dont le général Franscico Franco et n'ont qu'un objectif, renverser la jeune République espagnole. Ils reçoivent le secours des armées des Etats fascistes d'Allemagne et d'Italie. Des régiments entiers envoyés d'Italie, des unités d'élites nazies comme la Légion Condor soutiennent les rebelles. Le 27 avril 1937, l'aviation allemande bombarde Guernica.
La solidarité avec le peuple espagnol grandit, les Brigades Internationales se consituent pour aller combattre aux côtés des Républicains espagnols. De 54 pays partent 25 000 hommes et femmes. En France, 10 000 volontaires partiront sans que le gouvernement Léon Blum accepte d'aider le République espagnole ; 3 500 y périront. En automne 1938, les Républicains espagnols sont vaincus. Ils fuient l'Espagne fasciste, arrivent en France et seront les premiers internés des camps de regroupement français comme celui de Rieucros.

Les martyrs du lycée Buffon Les martyrs Lycée Buffon
Résistants à l'occupant allemand, Jean Arthus, Jacques Baudry, Pierre Grelot, Lucien Legros sont arrêtés le 31 mai 1942, Pierre Benoît, sera arrêtés en août 1942. Tous les cinq étaient élèves au lycée Buffon à Paris. Ils furent fusillés le 8 février 1943. Ces élèves du lycéee Buffon sont connus sous le nom des "Martyrs du lycée Buffon"
Haut de la page